Paris toujours dans le haut du panier

Paris toujours dans le haut du panier

 

 

L’année 2017 a été excellente pour le marché immobilier français, notamment le marché immobilier parisien. Nous avons assisté à une hausse des volumes de transaction par rapport à 2016. Les taux de crédits extrêmement bas ont participé à ces bons résultats. En France, dans l’ancien, pas moins de 960 000 ventes ont été réalisées, 1/3 des acheteurs étant des primo-accédant. La hausse des prix parisiens en 2017 a été de l’ordre de 6%. 2018 est une année attendue….

 

Aujourd’hui, nous assistons encore à une remontée des prix et à une rareté de l’offre. Les biens se font rares dans la capitale, et les acheteurs sont toujours aussi nombreux. Les étrangers reviennent ces derniers mois et ont toujours l’amour de la pierre parisienne. Fin janvier, en un mois, les prix avaient augmenté de 1%, dans l’ancien toujours. Paris approche donc une moyenne de 10 000 €/m2. Selon le porte-parole du baromètre LPI- Se Loger M. Michel MOUILLARD, les prix dépassent les 9000€/m2 dans 13 arrondissements parisiens (3ème, 4ème, 5ème, 6ème, 7ème, 8ème et 16ème), le 6ème étant aujourd’hui le plus cher de Paris avec une moyenne de plus de 13 000€ /m2. Il n’est d’ailleurs pas rare d’y voir des transactions se réaliser à plus de 20 000€/m2. La hausse des prix dépasse les 9% dans 6 arrondissements dont le 6ème bien sûr, suivi du 18ème (La Chapelle, Lamarck-Cualaincourt), du 4ème (Marais, place des Vosges), et le 8ème (Madeleine, Champs Elysées). Les quartiers centraux sont très recherchés, et sont donc très concernés par la hausse des prix. Cette hausse est similaire à celle de 1999 et n’a rien d’inhabituelle à Paris.

 

2018 démarre très bien, ce qui laisse présager à une très bonne année, tout comme la précédente. Les acheteurs sont confiants, dans un climat économiquement favorable et des conditions de financement idéales. La marge de négociation des appartements est aujourd’hui très faible (2,5% maximum).

Les vendeurs ont l’embarras du choix, principalement pour les appartements familiaux (3-4 chambres), assez rares sur le marché et très demandés par la clientèle. Les studios et petits appartements se vendent également très bien. Certaines agences immobilières n’ont même pas le temps de promouvoir ce type d’appartements, tellement les listes d’attentes d’acquéreurs sont longues. Les hôtels particuliers et autres propriétés à plus de 10 000 000 € sont un peu plus longues à vendre.

Le marché du locatif a lui aussi été très dynamique ces derniers mois. L’Ile de France représente 20% des locations réalisées en France en 2017.

L’année 2018 sera, selon les experts, une très bonne année pour l’immobilier avec des prix à la hausse et des acheteurs qui ne manquent pas.